Leo Golf - шаблон joomla Новости

Galerie Photos

videotheque

AGENDA

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

LE CENTRE D'ACCUEIL

centre-accueil-cnra

Réseaux sociaux

Le CNRA à l’heure du drone

Le Centre National de Recherches Agronomiques (CNRA) de Bambey vient d’obtenir un drone offert par le Feed The Future Sustainable Intensification Innovation Lab (SIIL). Le SIIL, qui a financé le projet du « mil à double usage », a mis à la disposition du CNRA cet outil révolutionnaire pour lui permettre de faire une collecte parfaite des données spatiales, géographiques, du sol, etc. Un puissant outil qui met le centre et ses chercheurs au diapason de la recherche agricole selon Dr Aliou FAYE, Coordonnateur du SIIL « c’est sûr qu’aujourd’hui parler de drone au Sénégal peut être comme un peu superficiel mais dans 10 ans ce sera totalement à l’ordre du jour et donc il faut anticiper sur l’avenir. La science s’est globalisée et le programme  SIIL est entrain de faire de gros pas  pour mettre à jour les chercheurs de l’ISRA », se réjouit-il. Une formation sur l’utilisation optimale du drone a été organisée à l’attention de chercheurs, techniciens et étudiants et animée par Dr Zack Stewart et Alex Mandel du SIIL. Ils ont passé en revue toutes les étapes du pilotage du drone, de la collecte et du traitement des données avec à la clé des séances de simulation(en salle) et de démonstration sur le terrain. Les pilotes choisis pour le pilotage du drone ont bénéficié d’une journée de pratique dans les essais de la station du CNRA de Bambey. Des tablettes ont, également, été offertes par le SIIL pour  la collecte de données. Ce qui « fiabilise les données avec des coordonnées géographiques ; ensuite, la saisie se fait sur place, sur le terrain ce qui réduit les risques d’erreurs et le temps consacré à la saisie », note Dr Gualbert Séraphin Dorégo, bénéficiaire de la formation et pilote du drone.

Partenariat : la Banque Mondiale satisfait des réalisations du WAAPP au CNRA de Bambey

logoLa Banque Mondiale a dépêché, ce 16 Mai 2017, sa mission d’appui à la mise en œuvre du PPAAO/WAAPP au CNRA de Bambey pour visiter les réalisations du programme, principalement les infrastructures financées dans le cadre du WAAPP 2 A.

La délégation s’est, d’abord, rendue  sur le périmètre de recherche pour voir l’état d’avancement du chantier d’irrigation. Sur place, les ingénieurs et l’entrepreneur ont montré aux visiteurs l’équipement d’irrigation avec un réseautage qui assure la disponibilité de l’eau à travers un système à rampe choisi suite aux discussions avec les chercheurs. Des progrès bien appréciés par la délégation avec sa tête,  Mme Niane Aifa fatimata Ndoye, agronomiste principale chargée du WAAPP au niveau de la Banque Mondiale qui «voit quelque chose sur le terrain. C’est rassurant et nous avons fait des recommandations dans le sens que la qualité soit de mise parce que c’est un centre de recherche ; que l’innovation soit de mise pour que la recherche soit au diapason des technologies et des nouvelles innovations en matière d’irrigation. On a échangé avec l’entrepreneur et bonne note a été prise ».

Les laboratoires sol, eau, plantes et d’entomologie ont, également, reçu la délégation de la Banque Mondiale qui a pu voir et apprécier les équipements de laboratoire qui ont été acquis dans le cadre du WAAPP et qui, « aujourd’hui, permettent de rendre opérationnels certains labos avec des impacts positifs en matière de recherche. Le labo d’entomologie est par exemple opérationnel avec des étudiants qui ont une opportunité de découvrir de nouveaux équipements qui leur permettent d’avancer dans la recherche », se réjouit Mme Niane.

Lire la suite...

Renforcement de capacités : chercheurs et techniciens du CNRA à l’heure du logiciel R

renforcement-capaciteUn atelier de formation sur le logiciel R s’est tenu, au CNRA de Bambey, du 17 au 19 Mai 2017.  La formation entre dans le cadre du programme de renforcement des capacités des agents de l’ISRA. C’est conscient que dans le monde actuel, on est de plus en plus amener à traiter des données, les exploiter, les valoriser et communiquer là-dessus que les chercheurs du CNRA de Bambey ont appelé à une séance de mise à niveau sur le logiciel R. « Un logiciel qui permet de faire des analyses statistiques et de les visualiser pour une meilleure valorisation.

Ce qui en fait un outil important pour tout ce qui est enseignement, recherche, etc », informe Mamadou CISS, un des formateurs, Chercheur à l’ISRA/LNERV (Laboratoire National d’Elevage et de recherches Vétérinaires). L’atelier est, ainsi, une prise en main pour donner, aux participants, les bases nécessaires pour le traitement des données mais également, les faire travailler sur leurs données pour leur permettre d’évoluer et par la suite, au besoin, à un niveau plus avancé, leur donner les outils pour pouvoir s’auto - former et faire des analyses statistiques normales.

Lire la suite...

Horticulture dans le bassin arachidier : le PAPSEN partage les résultats de ses études socio-économiques

papsen 2Le PAPSEN (Programme d’Appui au PNIA Sénégal) a tenu, à Bambey, un atelier de restitution d’études socio-économiques sur l’horticulture dans le bassin arachidier en mettant le focus sur la contribution de la recherche en sciences sociales.

L’étude, menée par le Bureau d’Analyses Macro-économique (BAME) de l’ISRA et le CNRA-IBIMET d’Italie, a prêtée une attention particulière aux questions liées à l’approvisionnement en semences, la maitrise de l’eau avec le système goutte à goutte, l’organisation et la gestion des périmètres horticoles, la durabilité de ces périmètres et la commercialisation, entre autres. Il s’est agi de « partager les résultats obtenus, les acquis et les enseignements en vue de mieux appréhender les limites constatées et les nouveaux défis qui se posent au projet et aux différents partenaires ».

Abordant la question de la pérennisation du système goutte à goutte dans les périmètres maraichers, Yacine Ngom du BAME, coordonnateur du volet socio-économie du PAPSEN, s’est focalisée sur les aspects techniques, économiques et de gestion du système d’irrigation qui sont à la base de l’échec ou du succès de l’innovation.  Et les résultats « montrent que l’inadaptation de la technologie est le principal frein à la pérennisation. Cependant, une technologie adaptée doit s’accompagner de facteurs économiques favorables et d’un système organisationnel performant ».

Lire la suite...

Projet SIIL : une vingtaine d’éleveurs formés en différentes techniques

siil2017Plus de vingt (20) éleveurs en majorité des femmes, venus des régions de Thiès, Louga et Diourbel, ont bénéficié, du 27 au 28 Décembre 2016, d’une formation en conservation du fourrage et traitement de paille à l’urée, assurée par l’ANCAR qui est en charge de ce volet dans le projet.

« A un moment donné de l’année après l’hivernage, les éleveurs rencontrent d’énormes difficultés pour nourrir leur bétail alors qu’on sait que, pendant l’hivernage, il y a énormément de paille et de disponible alimentaire qui pouvait être vulgarisé et conservé pour servir d’aliment » informe Mme Dièye Aminata Mbengue, Directrice de l’ANCAR Zone des Niayes. Une réalité confirmée par  des recherches menées par l’ISRA et qui ont montré que près de 65% du disponible fourrager est perdue, chaque année, faute de conservation par l’effet du vent, des feux de brousse, et du piétinement des animaux, entre autres.

Lire la suite...